Ouverture à l’International 

L’OMS dans son rapport sur la santé dans le monde avait précisé que : la santé bucco-dentaire s’améliore, d’une manière générale, dans les pays développés si l’on en juge par le nombre de dents cariées, absentes et obturées. Par contre dans les pays en développement et les pays les moins avancés, on constate plutôt une détérioration. Dans l’ensemble du monde, il y a 1.9 milliards de personnes qui ont des caries dentaires, 165 millions qui souffrent de maladies du parodonte et 13 millions qui sont édentés.
 
Le continent africain est confronté à de nombreux défis parmi lesquels figurent le fardeau des maladies bucco-dentaire et les besoins élevés en soins des populations l’avancement de l’Afrique est tributaire de sa capacité à générer, à adapter et à utiliser des     connaissances scientifiques pour satisfaire aux besoins locaux en matière de santé et de développement. La majorité de la population a peu ou pas accès à des soins de santé buccodentaire appropriés, étant donné la répartition inégale des agents de santé buccodentaire et le manque d’infrastructures fonctionnelles et adaptation et la mise en œuvre des interventions au niveau opérationnel. D’où le besoin de former la prochaine génération de scientifique de médecin et de prothésiste dentaires.
 
L’intervention du prothésiste dentaire est indispensable et incontournable dans le processus de réhabilitation des fonctions esthétique, phonétique, masticatoires des dents naturelles. Il travaille dans son laboratoire en collaboration avec le médecin dentiste qui lui envoie des empreintes avec des fiches décrivant le travail prothétique attendu.
 
Il élabore plusieurs types de prothèses qui restituent aux patients leurs sourires. La fonction esthétique et phonétique évite aux patients une gêne due à l’édentation et aux difficultés de prononciation. Quant à la fonction masticatoire, elle a un impact direct sur la santé de la personne, le système digestif. Les édentassions, cause de déséquilibre de l’occlusion, peuvent également être source de douleur au niveau de l’articulation temporo-mandibulaire, de migraine, et de même au niveau des cervicales. Pour résumer le dentiste peut prodiguer à ses patients des soins dentaires procéder à des extractions mais, il a besoin de l’intervention du prothésiste pour remplacer ou    compléter les dents manquantes où délabrées. Le prothésiste dentaire est avant un artiste qui utilise une diversité de matériaux biocompatible, du matériel et des machines. C’est un métier qui requiert un bon niveau de technicité.
 
Un bon prothésiste doit avoir une parfaite connaissance de la morphologie dentaire, une habileté manuelle, un très bon sens de l’esthétique et de très bonne aptitudes visuelle     indispensable pour différencier les nuances des couleurs et percevoir les formes et les     reliefs. Rigueur, patience et qualité d’hygiène sont les mots d’ordre du métier.  Métallurgiste, maquettiste, spécialiste des finitions, céramiste, orthésiste, ou info-prothésiste c’est un métier très varié et très évolutif. Malgré tous les attraits que ce métier sent présenter, pour un jeune bachelier, et malgré le grand besoin dans le        continent africain, ce métier reste malheureusement méconnu et suscite l’intérêt de très peu de jeunes africains.
 
L’ISTD Institut de formation spécialisé en prothésiste dentaire, s’engage dans un premier lieu à sensibiliser les jeunes bacheliers et informer sur le métier de prothésiste dentaire. Et dans en second lieu, leur donne l’occasion de bénéficier d’une formation d’excellente qualité.
 
«Fabriquons africains, consommons africains » telle devrait être notre devise à tous. Notre plus grand souci est que nos étudiants deviennent des références dans leur disposition les moyens nécessaires afin d’y parvenir.